Comment donner le goût de l’anglais à votre enfant

Ateliers de langues, applis ou sites internet, cahiers d’anglais, séjours linguistiques… Bonne idée ? Comment choisir ce qui donnera le goût de l’anglais à votre enfant ?

Faire suivre des cours d’anglais en plus de l’école primaire, c’est utile ?

  • Tout dépend des ateliers ! S’ils sont dynamiques, si l’enfant peut s’y amuser et acquérir un peu d’aisance à l’oral, cela lui plaira et pourra conforter son goût pour les langues. Si c’est perçu comme une contrainte scolaire, non ! « Il est essentiel qu’un enfant puisse avoir du plaisir à échanger dans une autre langue, sans qu’on le reprenne systématiquement sur la formulation. Qu’il s’imprègne doucement de la langue à l’école ou avec ses parents en jouant, en écoutant des chansons, c’est déjà bien » explique Jean-Marc Furgerot, directeur d’une école élémentaire en région parisienne,

Des applis pour jouer en anglais ou des animations linguistiques sur internet, ça peut aider ?

  • « Les jeux sur écran sont souvent assez statiques. Ils peuvent au mieux être des compléments par rapport à ce qui est vu à l’école », juge la linguiste et psychosociologue, Barbara Abdelilah-Bauer. Car, selon elle, « une langue s’apprend en situation, avec une personne en direct, pour favoriser la mémorisation et donner du sens à l’apprentissage. » Cependant, certains sites peuvent être de bons supports, car ils permettent aux parents et aux enfants, de faire une activité ensemble : du bricolage, de la cuisine, des jeux.

Donner des cahiers d’anglais, des livres de méthode, c’est efficace pour un enfant à l’école primaire ?

  • Pour un enfant de primaire, c’est l’interaction avec un enseignant qui donne du sens à la langue et à son apprentissage. A l’école, il a essentiellement une approche orale de la langue pour communiquer en situation. L’écrit n’est pas encore son affaire, du moins pas avant le cours moyen. Toutefois, certaines méthodes proposent avec le cahier une bande sonore (par CD ou téléchargeable sur internet), c’est déjà mieux et l’enfant se prendra peut-être au jeu.

A partir de quand, peut-on prévoir des séjours linguistiques ?

  • Tout dépend du niveau d’anglais de l’enfant et du contexte de l’accueil. « S’il n’a pas une maîtrise suffisante de la langue pour communiquer sur des sujets quotidiens, l’expérience peut se révéler traumatisante, prévient Barbara Abdelilah-Bauer, linguiste et psychosociologue. » A éviter donc avant le collège. Si l’enfant est accueilli chez des amis connus, qu’il peut communiquer facilement par Skype avec ses parents, et surtout s’il est demandeur, cela peut en revanche être très positif.
Sophie Viguier-Vinson @ enfant.com
photo sermovik@deposit