Séjours linguistiques : 12 questions à se poser pour faire le bon choix

Immersion en famille ou séjour sur un campus ? Pour quelle durée et quels bénéfices réels ? Pour les 11-18 ans, les formules sont nombreuses. Comment trouver celle qui correspond aux besoins de votre enfant ? Voici tout ce que vous devez savoir.

1- A partir de quel âge, un enfant peut-il partir en séjour linguistique ?

Le plus important est que l’enfant ait envie de partir, que cela ne soit pas une obligation ou une punition. Ensuite, avoir un petit niveau d’anglais est conseillé : deux ans de cours derrière lui. Vers 10-11 ans, le séjour conseillé est souvent un séjour en groupe, avec cours et activités. A partir de 12-13 ans, l’immersion en famille peut être très profitable. Tout dépend aussi du degré d’autonomie et de maturité de l’enfant. Est-il prêt à s’adapter à la vie d’une famille inconnue ?

2- Un séjour sera profitable à partir de quelle durée ?

Pour une immersion en famille, ou un séjour avec des cours et des activités, deux semaines sont un minimum. S’il s’agit d’un séjour de cours intensifs, pour préparer une épreuve orale au bac ou un examen, une semaine est déjà valable. Généralement plus l’immersion dans la langue étrangère est prolongée, plus le bénéfice sera important. Les jeunes qui partent six-huit mois vivre dans une famille et suivre une scolarité à l’étranger parlent couramment anglais (ou allemand) à leur retour.

3- Que peut-on vraiment attendre d’un séjour linguistique ?

Il ne faut pas en attendre de miracles ! Quelques séjours linguistiques ne rendent pas bilingue ! L’enfant ou l’adolescent va acquérir de l’autonomie, ouvrir son horizon, découvrir une nouvelle façon de vivre. S’il séjourne en famille, il aura plus de facilité – ou moins de peur- à s’exprimer à l’oral, son expression sera plus fluide. S’il prend des cours, il progressera en grammaire, en vocabulaire. Mais surtout, il se rendra compte de l’utilité de parler une langue étrangère ! Pour beaucoup de jeunes collégiens ou même lycéens, le séjour est un choc très bénéfique.

4- Quels sont les différents critères à prendre en compte pour choisir le bon séjour linguistique ?

Il est mieux que l’enfant soit associé au choix, en fonction du budget des parents bien-sûr. Accueil en famille ou pas ? Cours de langue ou pas ? Cours collectifs ou individuels (pour préparer un examen, un concours) ? Quelles possibilités d’activités ? La plupart des séjours sont aussi des vacances pour l’enfant, il faut qu’il ait des loisirs, se fasse plaisir avec une activité qu’il aime : tennis, rugby… Le séjour doit être équilibré.

5- L’une des formules les plus courantes associe accueil en famille et cours collectifs, c’est une bonne solution ?

L’immersion est toujours bénéfique, sauf si l’enfant est angoissé. Dans ce cas, il est possible d’être deux Français par famille, mais le bénéfice linguistique sera diminué. Les cours collectifs en petits groups, formés après un test de niveau au début du séjour, sont profitables au niveau du collège et du lycée.

6- Quelles sont les destinations les plus choisies ?

En tête du hit-parade, la Grande-Bretagne toujours, devant l’Irlande, les Etats-Unis et le Canada. L’Allemagne et l’Espagne sont en croissance.

7- Comment bien choisir la destination ?

Les destinations proposées par les organismes répondent aux souhaits majoritaires des familles : la mer, Londres, quelques grandes villes universitaires… Mais si l’on souhaite que l’enfant ne côtoie pas des francophones, il vaut mieux éviter Londres ou la côte sud de l’Angleterre, et choisir par exemple des villes anglaises dans le Nord, ou l’Irlande.

8- Combien coûte en moyenne un séjour ?

En moyenne, il faut compter minimum 1500 euros pour deux semaines. La distance, le type de transport (avion, train, car…), le type d’hébergement, le type d’activités et de cours (individuels ou collectifs) font varier les prix. Certains organismes laissent la liberté de choisir le moyen de transport pour se rendre sur place.

9- Comment choisir un organisme fiable ?

Le plus sûr est de choisir un organisme adhérent de l’une des deux fédérations professionnelles : l’UNOSEL (Union nationale des organisations de séjours éducatifs, linguistiques et de formation en langues www.unosel.org/le-label-qualite-unosel/ ou l’ONGSLE (Office national de garantie des séjours linguistiques et éducatifs lien : http://loffice.org/fr/qui-sommes-nous/qualite. Ces deux groupements fédèrent un peu plus de cent organismes qui se sont engagés à respecter un certain nombre de règles de qualité. C’est notamment la garantie d’avoir un interlocuteur sur place à l’étranger, parlant français et pouvant résoudre les problèmes. C’est aussi une garantie sur les prix indiqués, la qualité de l’encadrement, des cours, des familles d’accueil.

10- Quelles questions poser à l’organisme de séjours linguistiques ?

Y a-t-il une ligne téléphonique ouverte 24h/24 avec un interlocuteur parlant français sur place ? Y a-t-il la possibilité de changer de famille si nécessaire ? Quel est le nombre maximal d’élèves en cours collectif ? Les élèves sont-ils évalués en début et en fin de séjour ? Combien sont les encadrants et les professeurs et quels sont leurs diplômes ?

11- Faut-il souscrire une assurance pour le séjour ?

Les organismes proposent une assurance, elle peut ne pas être nécessaire, tout dépend des assurances déjà souscrites par la famille. Pour éviter les doublons et dépenses inutiles, il est conseillé de vérifier avec son assureur. Relire aussi les garanties proposées par certaines cartes bancaires.

12- Est-il possible de trouver des aides financières ?

La Caisse d’allocations familiales peut verser une aide sous forme de chèques vacances. Certaines mairies accordent des aides à leurs administrés, certaines grandes entreprises à leurs salariés, se renseigner auprès du Comité d’entreprise.

Odile Amblard  (illustration Yomgui D)